30 août 2004

Rider on the Storm

(Le 42ème jour)

Ca va faire plus de quatre ans maintenant. Et pourtant, ça fait toujours aussi mal. Toujours ces souvenirs qui remontent, ces images dans ma tête, et la boule dans l'estomac, et le coeur qui se serre...periode de deuil, my ass! S'il existe une manière propre de faire disparaître les souvenirs une bonne fois pour toute, merci de me le faire savoir

Anyway.

Je ne suis pas le seul, et puis y'a bien pire comme malheur, et puis...

Nous avons plutôt tendance
A prendre la vie tristement
Et dans bien des circonstances
On s'affole inutilement
Qu'elle que soit notre malchance
Dites-vous que ce n'est rien
Tout ça n'a pas d'importance
Car si on réfléchit bien

Ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine
Ça vaut mieux que d'avaler d'la mort aux rats
Ça vaut mieux que de sucer d'la naphtaline
Ça vaut mieux que d'faire le zouave au Pont d'l'Alma

(Ray Ventura et son Orchestre)

La citation du jour: On n'hérite pas de la terre de nos ancêtres mais on l'emprunte à nos héritiers - Antoine de Saint Exupéry

29 août 2004

Je hais les Lundis

(Le 41ème jour)

Les lundis, c'est comme les choux de Bruxelles, ça devrait pas exister!

Oh que je hais ce jour. Et je ne dis pas ça seulement parce que l'on est Dimanche soir... Non-non-non-non-non! Depuis aussi loin que je me souvienne, que ça dure. Le retour à la contrainte. L'esclavagisme à demi-consenti. La séparation. La fin des vacances...

Et bien quand on arrêtera de travailler le lendemain des jours de repos, on aura résolu une bonne partie du problème


La citation du jour: il y a 10 styles de personnes, celles qui comprennent le binaire, et les autres.

26 août 2004

Thanks Jörgen, now I have this song stuck in my head!

Amerika (Rammstein)

We're all living in Amerika
Amerika ist wunderbar
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

We're all living in Amerika
Amerika ist wunderbar
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

Wenn getanzt wird will ich führen
Auch wenn ihr euch alleine dreht
Laßt euch ein wenig kontrollieren
Ich zeige euch wie's richtig geht

Wir bilden einen lieben Reigen
Die Freiheit spielt auf allen Geigen
Musik kommt aus dem Weissen Haus
Und vor Paris steht Mickey Mouse

We're all living in Amerika
Amerika ist wunderbar
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

Ich bin geschüttet dieser nützen
Und werde euch vor Fehltritt schützen
Und wer nicht tanzen will am Schluss
Weiss noch nicht dass er tanzen muss

Wir bilden einen lieben Reigen
Ich werde euch die Richtung zeigen
Nach Afrika kommt Santa Claus
Und vor Paris steht Mickey Mouse

We're all living in Amerika
Amerika ist wunderbar
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

We're all living in Amerika
Coca Cola
Wonderbra
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

This is not a love song
This is not a love song
I don't feel my mother tongue
No, this is not a love song

We're all living in Amerika
Amerika ist wunderbar
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

We're all living in Amerika
Coca Cola
Sometimes war
We're all living in Amerika
Amerika
Amerika

24 août 2004

Le groupe du Mois

Deftones.

Adrenaline et White Pony, en boucle.

Born to be wiiiii-iii-iiild

C'est trop marrant, la moto. Hyper dangereux, mais trop marrant. Enfin je dis dangereux...non, la plupart du temps, c'est le pilote qui est dangereux (à noter: pour une automobile, on dit un conducteur, pour une moto on parle de pilote....nuance!). Sans parler des obstacles mouvants que l'on appelle voiture ou camion, suivant la taille. Bon, je sais, des fois, on arrive comme des balles et vous n'avez pas le temps de nous voir. Mais faut pas pousser, quand même! Les clignotants par exemple, c'est pas fait pour les iench! Ca vous écorcherait de prévenir avant de tourner?
Pour revenir au deux-roues à moteur (non, je ne parle pas des scooters, ceux-là ne savent ni conduire ni la politesse)... vachte, que de sensations! Droite, Gauche, flip, flap...poignée en coin, accroché au guidon...freinage tardif, debout sur les freins! Et encore, mon jouet n'est pas une hypersportive, juste un TDM850. Une moto coupleuse à souhait, et depuis qu'elle est montée en Bridgestone, très amusante à "coucher" dans les courbes. Un Rê-ve.

Ah, un conseil, et c'est du vécu. Méfiez vous des petites routes de campagne, le soir à contre-jour, face au Soleil...les gravillons dans les intersections, ca pardonne moyen!

18 août 2004

Ce coup-ci j'arrête! (2ème prise)

30 jours.

Putain, c'est dingue, déjà 30 jours que j'ai arrêté de fumer.

C'est la deuxième tentative, la première n'avait duré que deux semaines: un gros coup de blues, un pétard qui passe, et Bam! C'était reparti comme en 14 (petit rappel, 300 000 morts en 1914 (Août-Décembre), le pire taux de pertes de toute la guerre - et non, ce n'était vraiment pas une bonne idée de monter à l'assaut face aux mitrailleuses, pantalons rouges au vent...).
Donc ce coup-ci, j'ai mieux calculé, et essayé de planifier un peu, manière. D'abord, j'ai choisi une date bien précise: le début de 3 semaines de congés d'été. Ensuite le lieu: loin de chez moi et dans un cadre entiérement non fumeur, loin de toute tentation. Et puis un petit tour chez le toubib, histoire d'avoir de quoi dormir la première semaine (je ne voulais pas de substitut, pour moi cela ne fait que reculer le problème, mais des somniféres, pour éviter de jouer les derviches tourneurs toute la nuit dans mon lit). Et puis avertir mon entourage, leur dire que mon humeur allait changer, que j'espérais leur soutien, et j'ajoutais par là-même le désir de ne pas passer pour un con à leur yeux si je me craquellais. Et puis acheter tout un tas de paquets de chewing-gum. Et zou, c'était parti!
Bon évidemment, la première semaine, ça n'a pas été facile. L'avantage d'en être à la deuxième tentative, c'est qu'au moins je savais à quoi m'attendre. Saloperie de dépendance physique! Heureusement, les chewing gums ça aide, surtout si on rajoute àça de grands verres d'eau (jusqu'à 3l par jour au début), de grandes marches dans la Nature, et des séquences de défoulement en Forêt, à taper comme un sourd avec un bout de bois sur toutes les branches mortes qui traînent. La deuxième semaine idem, avec le manque qui diminue petit à petit. La troisième, retour à la maison, nettoyage du sol au plafond et rangeage (ou rangeationnement, au choix) pour faire disparaître tout ce qui pouvait être connecté au tabac.
Ouf, pas de panique, au fil du temps les choses commencent à s'améliorer: le manque a grandement diminué (même si au bout d'un mois ce n'est pas encore réglé), je ne tousse plus, plus de glaires le matin, une peau carrément plus nette, plus de doigts jaunes, les dents qui redeviennent blanches, l'haleine de pingouin qui n'est plus qu'un souvenir, fini l'odeur de cendrier froid dans l'appart, et de substancielles économies.
Bon, maintenant, reste à s'accrocher, résister aux retours de flammes et aux copains toujours dépendants, et surtout, tenir bon et ne jamais oublier qu'à la première cigarette, la première taffe, tout est foutu et que non, je ne serai pas plus fort ou plus malin ou plus capable de contrôler même après 100 ans d'arrêt. Bullshit, comme ils disent outre-Manche.

Ce n'est-qu'un début, Continuons le-combat! :)