14 décembre 2004

Expressions d'autrefois

Maintenant que l'on en est à la globalisation, les patois et expressions d'autrefois disparaissent petit à petit de nos mémoires collectives, avec les derniers vieux porteurs de ce savoir de nos campagnes.
Histoire d'en garder trace sur le Grand Réseau, je collecte ici quelques locutions issues du Perche, une petite région magnifique si pluvieuse, aux couleurs magnifiques l'été, juste dommage qu'elle soit peuplée d'autant de connards (avis personnel, on a bien sûr le droit de ne pas être d'accord...). Allez zou, c'est parti, en version phonétique:

  • Le temps s'abernaudit, va chore une r'napée: Le temps se gâte, il va tomber une averse.
  • Va t'chier à Manou en passant par La Ferrière! : Va te faire voir! (note: Manou est un petit village d'Eure et Loir, et y aller en passant par le lieu dit de La Ferriére (commune de Fontaine-Simon) est faire un détour)
  • Vaut mieux laisser son gnâs morveux que d'lui arracher l'nez: Le Mieux est l'ennemi du Bien.
  • C'te berlot est pas ben ahoindu: Cet imbécile n'est pas très fin.
  • Elle tient mieux sur l'dos qu'une bique sur ses cornes: Se dit d'une personne un peu large

Et ce proverbe, dont je ne connais pas l'origine:

  • Ce n'est pas quand on a fait dans les draps qu'il faut serrer les fesses

Ah, qu'il était vert, le langage de nos ancêtres!

La citation du jour:
Wir müssen leben bis wir sterben (Rammstein - Dalaï Lama)

Aucun commentaire: