28 février 2007

Manipulation (II)

En France, les sondages n'indiquent jamais la marge d'erreur. Donc voici un site pour la calculer:

http://www.gfsbern.ch/f/services-enligne/calcul-marge-erreur.php


Vous indiquez la taille de l'échantillon (autour de 1000 personnes en général) et le pourcentage que vous souhaitez vérifier. Par exemple, pour
un échantillon de 1000 personnes, si un candidat est indiqué avoir 20% d'intentions de vote, l'erreur est de +/- 2.5%, soit en des intentions entre 17,5 et 22,5%

Donc, quand on vous dit qu'un candidat baisse d'un pourcent, ou augmente de deux, ca n'a pas grande signification: rien que la marge d'erreur bouffe cette différence.

27 février 2007

Une noix n'y resisterait pas...

... si elle était placée entre les fesses des directeurs de campagne du comte Sarkoff et de la ci-devant citoyenne Capet.
Bayrou à 19% dans les sondages, Royal à 25%, sachant que l'erreur est de + ou - 3%, avec moins de 6% d'écart le troisième homme pourrait être le deuxième.

Donc ca commence à attaquer sévère... tout en montrant la faiblesse des critiques: A droite, on parle de retour à la Quatrième République, contresens énorme. L'instabilité de la IVème était dû à un régime parlementaire dominé par la lutte des Partis - ce qu'on retrouve depuis trente ans entre UMP et PS, avec les conséquences que l'on sait: chômage multiplié par 4, dette publique dont la proportion a triplée . La réforme Gaullienne et le caractère Présidentiel de la Vème a corrigé tout cela: même en cas de cohabitation les gouvernements sont restés stables. A gauche, on dit qu'il faut une séparation entre Droite et Gauche, sans préciser pourquoi... Il faut, Il faut, point. Mais puisse qu'on te dit qu'il faut! Mais si! Hein, il faut, hein? Hein dites?

Rien sur son projet. Rien sur les idées avancées. Rien sur sur le chiffrage. Rien sur le fond.
Demain commenceront les attaques ad hominen, faute de mieux.

Bayrou a fait une bonne émission hier, il n'a pas fait que brossé le public dans le sens du poil à la Maman ou fait de folles promesses comme Papa. Des idées intéressantes, comme le Small Business Act à la française ou l'étude pragmatique de solutions pour l'Education Nationale. Par contre, je crains que son côté Professeur le desserve, comme il a desservi Lionel Jospin. Les Français n'aiment pas les gens qu'ils perçoivent comme des donneurs de leçons. Ca doit leur rappeler de mauvais souvenirs d'école. Et puis ce ne sont pas ceux qui ont les meilleurs idées qui sont forcément élu. Chirac en est la double preuve.

La droite au pouvoir (absolu) depuis 5 ans nous promet que demain tout va changer. La gauche nous dit qu'une 8ème alternance depuis 1981 va enfin résoudre nos problèmes...et si on essayait autre chose? Quand quelque chose ne marche pas pendant 30 ans, on arrête de s'obstiner, non?

Ca va être chaud. Mais c'est possible. Mais chaud. Mais possible...

Il parait...

... que les Ducati sont solubles dans l'eau.


La preuve est que dès qu'il pleut on en voit plus la queue d'une.

19 février 2007

Ce que je veux être quand je serais grand, je veux être président!

Non non, ce n'est pas un appel à voter Gogol 1er. Ni Ludwig von 88. Bah, c'est vrai qu'on rigolerait 5 minutes... et qu'on ferait la gueule pendant le reste des 5 ans.

Bon, nous voici à l'heure du choix. Faisons le tour du magasin voir ce qu'il y a en stock.

Tout d'abord, deux candidats proclamés par la foule médiatique comme le couple que l'on verra au second tour: A droite, Papa Nicolas, père fouettard qui veut remettre la France au Boulot (suis bien aise de savoir que si je me lève tous les matins, ca doit être pour aller chercher des coulemelles au fond des bois) et de l'autre Maman Ségolène, qui veut offrir à tous ses enfants la chance de réussir dans la vie.
Et d'un, j'aime pas qu'on me désigne à l'avance pour qui je vais choisir. Je suis français bordel, donc anticonformiste.
Et de deux, j'ai pas besoin d'un Papa ou d'une Maman, je suis plus un gamin, merci.
Et de trois, leurs programmes ne sont que des catalogues démagogiques, des distributions de chèques virtuels à leur électorat respectifs. Juste pour info, la France est surendettée. Faudrait peut-être voir à dépenser moins que ce que l'on gagne, c'est le B-A BA.
Et de quatre, ni Naboléon ni La Grande Mademoiselle n'ont la carrure d'un Président de la République, qui doit rassembler la Nation et non pas la diviser.

Donc, Next!

Je ne m'étendrai pas (ni au propre ni au figuré) sur les candidats de l'extrême-gauche, une pléthore de personnes peut-être sincères (quoique j'ai un doute, s'ils n'ont pas réussi à s'entendre, c'est que leur Ego est tout de même plus important que la Révolution) mais carrément déphasés. Croire encore que le Marxisme est ZE solution pour la France, ça me troue le cul... Hé-ho, les enfants, le Communisme est mort en 1989 sous les applaudissements du public. et c'est pas un mal. Fuck la dictature, fût-elle du Prolétariat.

Ensuite:
Dans la série les petits enfants à la Croix de Fer et Maréchal Nous Voila, Le Pen, toujours là, De Villiers encore là. Là le programme est simple: c'est la faute aux immigrés, du chômage au mauvais temps, tout est de leur faute. Même si papy le Pen a mis de l'eau dans son vin, le mauvais fond de l'extrême droite reste: utilisons des boucs-émissaires pour prendre le pouvoir qu'on lâchera jamais derrière. Mélange de vieux aigris et de jeunes fachos, leur électorat est boosté par le 'Ayez Peur!' propagée aux quatre coins du monde par une Presse qui sait bien que la peur fait vendre. On est pas encore au niveau de 2002, mais si la presse se remet à nous faire le coup de la sécurité, ça va profiter aux Cagoulards (sauf s'ils sont monarchistes, on a fait assez de révolutions pour s'en débarrasser, faut pas déconner). Vu le bilan de l'actuel ministre de l'Intérieur, il y a peu de chance cette fois que TF1 ressorte le petit vieux sauvagement agressé par de méchants jeunes des banlieues, mais on se sait jamais...

Je passe sur les écolos, de droite ou de gauche. Le fascisme vert ne passera pas. Oui oui, l'écologie est importante, mais couper la main droite des conducteurs de voitures pour plus qu'ils ne puissent démarrer est une solution un peu extrême. Et puis je me méfie des illuminés prêts à butter la moitié de la planète pour le bien hypothétique de l'autre moitie (et dans le cas précis, même butter toute la planète pour le bien de celle-ci). Revenir au moyen-âge n'est pas réaliste, on n'avance jamais en reculant.

Bon, et maintenant, qui reste-t-il?

Bayrou.

Et oui, moi aussi je suis surpris.

Et pourtant, quand j'écoute son programme (car lui en a un), je suis d'accord. Sur les idées qu'il propose, je suis d'accord. Sur sa vision de la République, je suis d'accord. Sur sa vision du rôle de l'Etat, je suis d'accord. Sur sa vision de l'Europe, je suis d'accord. Sur son souhait d'une union "Democracie-chrétienne"/"Social démocratie" à l'Allemande, je suis plus que d'accord.

Dans notre histoire, nous avons déjà eu un Béarnais célèbre. Pourquoi pas deux?

9 février 2007